Du nourissement de la population mondiale

Le désastre de l’industrie de l’agriculture : destruction de la biodiversité !

Comme suite aux commentaires insistants et moraliste d’un groupe végétariste (on parle presque endoctrinement), voici donc une synthèse de mon argumentaire, et qui s’oppose et détruit (faire disparaître – ce qui est établi, organisé, élaboré ; faire disparaître – une chose – en la décomposant comme du composte de façon à ce qu’elle ne puisse plus être reconstituée) cet argumentaire moralistique du végétarisme :

Biodiversity and Agriculture | The Center for Health and the Global Environment
http://chge.med.harvard.edu/topic/biodiversity-and-agriculture

1 – What is Biodiversity
http://bit.ly/19cDqcl

2 – What is Agricultural biodiversity
http://en.wikipedia.org/wiki/Agricultural_biodiversity

3 – Assessing the impacts of agricultural intensification on biodiversity
http://bit.ly/15XytA4

4 – L’agriculture, première cause de déclin de la biodiversité
http://bit.ly/16vEVBZ

5 – How Industrial Agriculture Differs from a Natural Ecology
http://bit.ly/19fANGR

6 – The impact of industrial agriculture in rainforests
http://bit.ly/QCGYcx

7 – Synthesis :: Agricultural biodiversity & sustainable agriculture
http://bit.ly/1bW4ixQ

8 – Les fruits et légumes ainsi que les racines et tubercules ont le taux de gaspillage le plus élevé de la planète ! – http://bit.ly/irLkzq

9- Subsistence farming (self-sufficiency farming in which the farmers focus on growing enough food to feed themselves and their families) is responsible for 48% of deforestation; commercial agriculture (large-scale production of crops for sale, and includes livestock production and livestock grazing) is responsible for 32% of deforestation; logging is responsible for 14% of deforestation and fuel wood removals make up 5% of deforestation – http://bit.ly/17oJF9b

La biodiversité est essentielle au développement de la vie et de la nature. Les pratiques actuelles de l’industrie de l’agriculture détruit la biodiversité, fait souffrir et tue une multitude d’êtres vivants de milliers d’espèces. Il est actuellement impossible pour tous les herbivores de se nourrir uniquement de végétation provenant de l’industrie de l’agriculture sans effectué NÉGATIVEMENT la biodiversité de la planète. On ne peut pas prétendre sauvé les animaux alors qu’indirectement on les tuent. Un changement paradigmatique est nécessaire afin d’introduire une réel agriculture qui respecte la biodiversité. Il existe trop peu de ferme qui respecte la biodiversité pour nourrir tout les végétariens, et encore moins, une populations de millions de personnes, voire même la population mondiale.

Ainsi, placer une haute valeur morale sur le respect de la vie et de la nature (et donc de la biodiversité, et du “bétail”) relève d’une approche globale, et non pas réductrice comme celle de l’acte morale de sauver les animaux “sentient” en étant herbivore (“bétail”). C’est ça le respect de la Vie et de la Nature (et donc de la biodiversité). On devient végétarien parce que c’est bon pour la santé, et non pas pour sauver les animaux (que le “bétail” exclusivement), car les méfaits de l’industrie de l’agriculture ont un effet destructeur sur toute la biodiversité de toute la Planète.

De plus, de l’échafaudage moralistique, le groupe est irrespectueux de la Vie et de la Nature (et donc de la biodiversité) puisque votre approche n’est pas holistique et globale et vous ne respectez pas l’ordre des choses, à savoir, de ne pas porté un jugement morale sur la beauté (jugement de valeur) infini de la Nature et de la Vie ;

La biodiversité est essentielle au développement de la vie et de la nature. Les pratiques actuelles de l’industrie de l’agriculture détruit la biodiversité d’une multitude de manières, et donc fait souffrir une multitude d’êtres vivants. Devenir herbivore ne s’adresse au problème que partiellement. Il faut changer notre mode de vie et adopter une agriculture respectueuse de la Vie et de la Nature. Il y a si peu de ferme respectant la biodiversité, que l’on ne peut pas, selon moi, prétendre qu’être herbivore garanti la pérennité de la biodiversité de la Terre, voire même des mammifères, voire même du “bétail”.

Il faut toutefois reconnaitre qu’actuellement devenir herbivore, peut réduire la demande en bétail, et dont réduire la souffrance et la tragédie des être vivants de l’industrie agro-alimentaire. Cependant, l’acte morale du végétarisme est largement “mitiguer” par la destruction de la biodiversité et des écosystèmes par les industries de l’agriculture, et ce, même s’il y a un détournement de la destinée de la production du “bétail” vers les humains (nombre croissant de personnes adhérant au végétarisme). C’est pourquoi l’Organisation des Nation Unies pour l’alimentation et l’agriculture fait la promotion de l’entomophagie, terme désignant la consommation d’insectes par les êtres humains, comme élément de sécurité alimentaire et les quelque 1400 espèces comestibles seraient la garantie de repas variés et serait une incroyable source de protéines

L’augmentation de la population mondiale et le souci de préservation de la planète nous forceraient en effet à changer nos habitudes alimentaires et notamment à remplacer la viande, qui deviendrait un produit de luxe. Les études montrent que les insectes, en plus de représenter une valeur nutritionnelle et un apport en protéines équivalent à celui de la viande, seraient beaucoup moins onéreux à produire et pollueraient que les animaux d’élevages (“bétail”) [http://bit.ly/Nl7i80].

Advertisements