Quantum Mechanics Reveals How We Are All Truly Connected

“I am saddened by how people treat one another and how we are so shut off from one another and how we judge one another, when the truth is, we are all one connected thing. We are all from the same exact molecules.”  ~ Ellen DeGeneres

We all know, deep down, that we are all connected. But is this notion of being connected only a magical feeling or is it concrete fact? Quantum mechanics or the study of the micro-world states illustrates that what we think of reality, is not so. Our human brains trick us into believing in the idea of separation when in truth, nothing is truly separated —including human beings.

The Perception of Separation

As a species that grew and evolved to become one of the Earth’s most dominating forces, we came to believe that we were its greatest glory. Surely this thinking has slowly evaporated, but it still holds weight in today’s culture. But when we look into the atomic world with a magnifying lens, it becomes evident that we are not exactly what we thought we were. Our atoms and electrons are no more important or significant than the makeup of the oak tree outside your window, blowing in the wind. In fact, we are much less different from even the chair you sit on while you read this.

The tricky part in all of this knowledge and wisdom that quantum mechanics has imparted to us, is that we don’t know where to draw the line. Primarily because the physiology of our brains prevents us from truly experiencing the universe as it is. Our perception is our reality; but it is not the universe’s.

The Basics of Quantum Theory

In order to truly understand what is happening at a sub-atomic level when we think of someone or when we feel the lightness of love for another; we must first bridge the gap between the micro-world and the macro-world. This is much easier said than done, because the micro-world operates under significantly different laws. String Theory states that our universe is made up of tiny little string particles and waves. These strings are the building blocks of the universe we experience, and make up the multiverse and the 11 dimensions that exist in the multiverse.

Quantum Entanglement’s Spooky Actions

So how do these tiny strings that bind the book of life, correlate to how we experience consciousness and affect the physical realm?

It was in 1935, that Albert Einstein and his coworkers discovered quantum entanglement lurking in the equations of quantum mechanics, and came realized how “spooky” and strange it truly was. This lead to the EPR paradox introduced by Einstein, Poldolsky and Rosen. The EPR paradox stated that the only ways of explaining the effects of quantum entanglement were to assume the universe is nonlocal, or that the true basis of physics is hidden (also known as a hidden-variable theory). What nonlocality means in this case, is that events occurring to entangled objects are linked even when the events cannot communicate through spacetime, spacetime having the speed of light as a limiting velocity.

Nonlocality is also known as spooky action at a distance (Einstein’s famous phrase for describing the phenomenon).

Think about it this way, when two atoms that come into contact with each other, they experience a sort of “unconditional bond” with one another. That spans an infinite amount of space, as far as we are capable of observing.

This discovery was so bizarre that even Albert Einstein went to his grave thinking that Quantum Entanglement was not real and simply a bizarre calculation of the universe’s workings.

Since Einstein’s days, there have been a multitude of experiments to test the validity of quantum entanglement, many of which supported the theory that when two particles come into contact, if one’s direction is changed, so too will the other.

In 2011, Nicolas Gisin at University of Geneva was one of the first humans to witness that very thing, a form of communication that went beyond the realm of space and time. Where there would typically be a medium like air or space for the atom to communicate what it was doing; during quantum entanglement there is no medium, communication is instantaneous. Through Gisin’s work in Switzerland, humans were physically capable of witnessing quantum entanglement through the use of photon particles for one of the first times in human history.

So What Does This Mean For Humans?

On a psychological and philosophical field, quantum entanglement means that what we once thought was a figment of our imagination is much more real than we could’ve ever imagined. When you touch someone, specifically emotionally become attached to someone, something occurs. Your atoms, the building blocks of your presence in the universe become entangled.

Sure, most physicists will tell you it’s impossible to feel this entanglement, this “spooky” connection to another living being. But when you reflect on a past love or a mother’s inexplicable knowledge of their child in danger; then you really have to stop and look at the evidence. There is proof that we are all connected, and it has more to do with the creation of the universe than with our thoughts.

— –

“I must say that the principles are well described, but the synthesis is erroneous. Indeed, we are not of the same molecules, but we are all lifeforms of Nature and Life. In this aspect we are not separated from the principle of Life and Nature, but we can choose to be. Harmony with Life and Nature is what binds us, and disharmony is what disconnects us…” – Philippe Jean

— –
source: http://www.learning-mind.com/quantum-mechanics-reveals-how-we-are-all-truly-connected/

Advertisements

De la manipulation médiatique des émotions

J’entends certains communicateurs dire ce qu’ils veulent, quand ils le veulent, comment ils le veulent. Ils présentent parfois les choses sous formes de questionnements évasifs, de jeux de mots, de calembours, de figure de style, d’allusions, d’insinuations, d’évocation, de sous-entendu, d’arrière-pensée, d’ironies, et donc de dérisions, d’humour, de moqueries, plaisenteries, persiflage, railleries, sarcasme, ricanements, de taquineries, de risées, etc..

Or, ces communicateur se plaignent lorsque l’on profite des médias sociaux pour leur répondre, pour leur faire remarquer leurs fautes, erreurs, travers, dérives, et autres phénomènes.

Or, les médias d’informations sont trop souvent les caisses de résonance des mêmes évènements, dont l’importance se mesure artificiellement à l’aune du rendement de l’auditoire, des lecteurs, etc. L’actualité se colle sur ce dont “tout le monde parle”, et surf sur l’épicentre du séisme informatif, puis la machine médiatique s’emballe, tous parle de la même chose, déraisonne, et s’embourbe dans la répétition. Le même évènement donne lieu à deux surenchères médiatiques successive.

Et lorsque l’animateur, le journaliste, le chroniqueur, etc., se fourvoie, il se font par la suite d’une extrême discrétion, à défaut bien sûr de faire leur mea culpa.

Or, qu’est-ce qui pousse l’appareil médiatique à l’auto-critique. Or, est-ce que les médias s’imposent une autorégulation déontologique en continu. Et, puisque la couverture médiatique d’un “grand” événement devient matière à information, à enquête, à commentaire critique, et cela sans délai, en temps réel, on s’intéroge alors sur les dérives, les insuffisances, les conformismes ou les ratages. C’est encore plus vrai lorsqu’il y a une préparation, un travail préalable.

D’ailleurs, on parle de quatrième pouvoir ou du quatrième pilier de la  démocratie. Mais qu’en est-il vraiment? Or,  La question [de la crédibilité] des médias se pose dans la population. Il s’agit de porter un regard critique et panoramique sur leur fonctionnement et leur financement, sur leur manière d’informer sur l’information.

Or, même s’il existe des rubriques et des émissions se placant sous l’égide de la critique des médias, les médias en question vont s’en servir pour critiquer les pratiques de la concurrence. Ce n’est pas leur compétence ou leur professionnalisme qui est nécessairement en cause, mais plutôt l’étendue limitée de leur champ de “pratique”.

— –

source : j’ai perdu les sources comme suite à une erreur de manipulation. Vous pouvez m’aider en m’envoyant les sources pertinents ; Merci

Aujourd’hui, certains types de critique existe, mais c’est un produit médiatique comme un autre, une critique de surface. Il y a également la question de la propriété privée des médias. Et les médias de propriété publique, n’est-elle pas également soumis aux même exigence de rentabilité? Et, est-ce que les médias dit indépendant sont un gage d’autonomie?

A l’heure ou tout est soumis à la rentabilité, à la marchandisation, ou tout deviens un produit, qu’elle rôle possède l’information, et la nouvelle.

Or, si les les élites journalistiques [et médiatiques] se disent ouvertes à la critique, les investigations plus poussées, de fond, dérangent. En effet, ceux qui s’attèlent à mettre en lumière certains problèmes doivent s’attendre à une levée de boucliers, voire même des représailles, et peut-être une exclusion de la couverture médiatique.

Encore une fois, ce n’est pas nécessairement la compétence des journalistes qui était remise en cause, mais bien la difficulté d’exercice de leur profession. Ainsi, je lisait un blogue de la droite qui pourfendait les journaliste de paresseux, et un maire d’une ville importante du Québec qui qualifiait les journaliste d’incompétent, d’inculte, et de cruche. Est-donc une vengeance, ou un réel constat.

On a des exemple, ou certains personne médiatique on fait la critique de leur entreprise, et il ont rapidement été remercier. Or, y existe-t-il des intouchable dans notre société ? Ainsi, l’expression publique de la critique médiatique, l’opinion, ne [doit] en aucun cas porter atteinte aux intérêts de l’entreprise médiatique dans laquelle ils travaillent. Pour faire simple, les journalistes, chroniqueurs, ou “opinioneurs” peuvent dire ce qu’ils souhaitent, tant que cela ne déplaît pas à leur direction.

Or, le désir de l’auto-censure est grande, pour ne pas perdre une carrière en devenir ou bien établit. Ainsi, rare sont les journalistes, chroniqueurs ou autres qui s’épanche sur la place publique sur les dérives de leurs métiers. Il ne peuvent pas crier au loup, ou tirer la sonnette d’alarme, de peur de perdre leurs crédibilité. Les employés médiatique syndiqués ne sont pas vraiment libre, malgrés un statut sensé les protéger. La peur de perdre son emploi deviens le gage d’une auto-censure. Ainsi le corporatisme règne à l’ère de la marchandisation.

Il n’est donc pas aisé, dans un pays qui consacre la liberté d’expression, de s’attaquer aux travers du journalisme. Et peut-il y avoir des connivences avec le politiques, ou les acteurs sociaux, une influence des patron sur le contenu éditoriale, ou l’absence du journalisme des idées?

Autant de question et de constats qui amènent à se poser de nombreuses questions.

— –

Le constat me semble très clair. Il m’apparait évident que certains médias, dit d’information, dans certaines circonstances, utilisent les gens [et leur triste sort] comme des objets, voir même comme des pions.

Ainsi, on en apprend beaucoup en la manière dont on traite les gens dont on n’est pas obligé de bien traiter.

L’information, l’actualité, par exemple, s’avère de plus en plus mise en scène. À la télévision, à la radio, ou a l’écrit, les sujets sont choisis en fonction de leur sensationnalisme et à l’aune du retour sur investissement, c’est à dire, l’auditoire, le lectorat, l’auditeur, le public, et maintenant, le nombre de ‘likes’ ou de ‘followers’. Plus l’histoire émoustille les passions, plus elle a sa place dans le menu d’un ouvrage ou d’une production médiatique. Le but, jouer sur les émotions. En général, ce sont ces sujets qui priment sur tout, sur l’information. Or, la nouvelle, est-elle source d’information ou de divertissement? Le contenu apporte-t-il quelque chose de nouveau? Provoque-t-il le changement social, politique, culturel?

“The information must be bankable”.

Mais il y a une autre forme de manipulation. Celui d’eliciter la colère, l’indignation, le révolte,…, autant d’émotions pour susciter des réactions, pour tirer de l’information “gratuitement”, de provoquer un intérêt, ou pour amener une personne ou un groupe de personnes, à se justifier, à s’exprimer, à commenter…

Aussi, on prétend a abordé des sujets sociologiques, politiques, psychologique, voir même de santé publique, de sécurité publique, de politique publique, sous des prétextes “altruistique”, ou afin de conseiller, mais qui en fin de compte, n’ont que très peu d’impact sur la réalité sociale, politique, publique, etc.

On parle, parle, parle, on jase, jase, jase, mais en fin de compte, l’influence est minime. On se targue alors de faire montre de la diversité des opinions, alors que souvent, ils ne font qu’être la courroie de transmission de leurs amis, parfois même sous forme de pseudo-documentaires, voir même de publi-reportage, mais qui en fin compte, façonne les perceptions de réalité sociale.

Mais attention, je ne parle pas nécessairement de ces émissions ou plate-forme d’opinion, mais bien d’émissions qui prétendent informer.

La question n’est pas tellement l’éthique individuelle, mais bien la structure dans laquelle s’inscrivent les journalistes, les chroniqueurs, les animateurs… Face à un système médiatique qui transforme toute information en “information spectacle”, et ce, pour faire vendre de la presse ou pour attirer plus de téléspectateurs ou des auditeurs, on en viens à questionner l’utilité de la fonction médiatique.

Or, on en viens à devenir des experts en élicitation émotionnelle au détriment de l’information qui informe, qui instruit, qui construit, qui élève. Or, certains disent fournir un ‘contexte’, celui-là même à l’abri de l’esprit critique, mais ce “contexte” n’est que l’écho d’amis. Ils choisissent ce qu’ils veulent, comme ils le veulent, et comment ils le veulent.

Or, on sais  que ces gens ont une peur bleu de se faire poursuivre et ainsi évitent [, ou sélectionne,] sciemment certaines sujets ou mettent des gans blanc sur les sujets qui mérite l’attention du publique. D’ailleurs, ils protègent leurs amis, et

Or, ce n’est pas la nécessité qui guide leurs actions, mais bien les impératifs économique de leurs entreprises ou de leurs fonctions. Ils protègent donc leurs sources de financements.

L’exposition à la violence de la télévision pourrait mené à une structuration irrégulière de l’attention et du cerveau

Les jeunes hommes adultes qui ont regardé plus de violence à la télévision ont montré certaines indications d’un développement du cerveau moins matures ainsi qu’un moins bon fonctionnement exécutif, selon les résultats d’une étude de l’Indiana University School of Medicine publiée en ligne dans la revue Brain and Cognition.

Les chercheurs ont utilisé des tests psychologiques ainsi que l’IRM pour mesurer les capacités mentales et le volume des régions du cerveau chez 65 hommes, âgés de 18 à 29, t en bonne santé, ayant un QI normal, et qui ont été spécifiquement choisis parce qu’ils n’étaient pas des joueurs fréquents de jeux vidéo.

Ainsi, les jeunes hommes ont fourni des estimations quant à leur écoute télévisuelle au cours de la dernière année et ont également tenu un journal détaillé sur leur visionnement télévisuel, et ce, pendant une semaine. Les participants ont également rempli une série de tests psychologiques mesurant le contrôle inhibiteur, l’attention et la mémoire. En fin de cette démarche, l’IRM a été utilisée pour mesurer la structure de leur cerveau.

La fonction exécutive est une capacité globale pour formuler des plans, à prendre des décisions, le raisonnement et la résolution de problèmes, la régulation de l’attention, et l’inhibition des comportements afin d’atteindre des objectifs.

Les chercheurs de l’étude ont constaté que plus les participants avaient signalé avoir visionné de la violence, moins leurs performances aux tâches de l’attention et du contrôle cognitif étaient efficaces. Par ailleurs, le temps total de visionnement télévisuel n’était pas lié à la performance sur les tests des fonctions exécutives.

Les chercheurs notent également que les capacités de fonctions exécutives peuvent s’avérer importantes pour contrôler les comportements impulsifs, y compris l’agression. Le souci relève de l’accroissement de l’impulsivité qui ne se mélange pas bien avec les modèles comportementaux des émissions télévisées violentes.

Les évaluations qui mesurent la mémoire de travail, un autre sous-type du fonctionnement exécutif, ne se trouvent pas à être reliées à la visualisation télévisuelle totale ou à la visualisation d’émissions télévisées violente.

La comparaison entre les habitudes télévisuelles aux images du cerveau a également produit des résultats que les chercheurs jugent importants.

Lorsqu’ils ont examiné les numérisations du cerveau des jeunes hommes associé à plus d’expositions de la violence télévisuelle, il y avait moins de volume de la matière blanche reliant les lobes frontaux et pariétaux, ce qui peut être un signe de moins grande maturité dans le développement du cerveau.

La substance blanche est un tissu du cerveau qui isole les fibres nerveuses reliant différentes régions du cerveau, ce qui rend le fonctionnement plus efficace. Dans le développement typique, la quantité ou le volume de la substance blanche augmente à mesure que le cerveau produit plus de connexions, et ce, jusqu’environ l’âge de 30 ans, améliorant ainsi la communication entre les régions du cerveau. Les connexions entre les lobes frontaux et pariétaux sont considérées comme particulièrement importantes pour le fonctionnement exécutif.

Le message à retenir de cette étude relève du constat d’une relation entre la quantité de violence visualiser à la télévision et certains aspects importants de fonctionnement du cerveau comme le contrôle de l’attention et de l’inhibition.

Les chercheurs avertissent que davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre les résultats de l’étude.

Avec cette étude, les chercheurs ne pouvaient pas savoir si les gens ayant de pauvres fonctions exécutives sont attirés par les programmes comportant plus de violence ou si le contenu de l’écoute télévisuelle serait responsable des effets sur le développement du cerveau pendant une période de temps. Un travail longitudinal supplémentaire s’avère donc nécessaire afin de résoudre la problématique à savoir si les individus ayant de pauvres fonctions exécutives et une croissance plus lente de la substance blanche sont plus attirés par les émissions violentes ou si l’exposition à la violence dans les médias modifie le développement du contrôle cognitif.

— –

sources

  1. http://news.medicine.iu.edu/releases/2014/06/Hummer.shtml

  2. Indiana University. (2014, June 18). Exposure to TV violence related to irregular attention and brain structure. ScienceDaily. Retrieved June 18, 2014 from http://www.sciencedaily.com/releases/2014/06/140618100507.htm

Inequality for all : Sharing economy

http://en.m.wikipedia.org/wiki/Sharing_economy

Systèmes de soins de santé: Canada vs États-Unis

Une chose sur laquelle les Américains et les Canadiens s’entendent est que les uns ne veulent pas du système de santé des autres, et vice versa. En vérité, la majorité des Américains ne savent pas comment fonctionne le système de santé du Canada et les Canadiens connaissent mal le système de santé américain.

Article

Inclusive growth – Wikipedia, the free encyclopedia

Inclusive growth is a concept which advances equitable opportunities for economic participants during the process of economic growth with benefits incurred by every section of society.

http://en.m.wikipedia.org/wiki/Inclusive_growth

Finance et investissement – «La capacité à se réinventer est fondamentale», selon Christine Lagarde

«Après cette crise financière redoutable et douloureuse que nous avons subie, le visage économique a changé et nous sommes tous à réinventer le portrait de la croissance», a avancé Christine Lagarde.

http://www.finance-investissement.com/nouvelles/economie-marches/la-capacite-a-se-reinventer-est-fondamentale-selon-christine-lagarde/a/56468