Le secret de la créativité, de l’intelligence et de la pensée scientifique

La recherche montre que la créativité et l’intelligence sont liées aux connexions physiques au sein de notre cerveau. Voici comment relier les points.

Il y a une différence essentielle entre la connaissance et l’expérience et cela serait le mieux décrit ainsi :

knowledge.connection

L’image élaborer par le dessinateur Hugh MacLeod réussi de manière brillante à exprimer un concept qui ne s’avère pas souvent facile à saisir.

L’image établit clairement son point — que la connaissance seule n’est utile que si nous pouvons en faire des liens avec ce que nous savons. Que vous utilisiez ou non les termes « connaissances » et « expérience » pour expliquer la différence, le concept lui-même est solide. [Or, selon moi, il existe une troisième dimension, celle de l’intuition; une connaissance immédiate de la vérité sans l’aide du raisonnement ou une faculté qui permet de prévoir, de deviner. Ainsi a priori, il n’y a pas de connexion préétablie].

Beaucoup de grands écrivains, dartistes et de scientifiques ont discuté de l’importance de la collecte d’idées et de morceaux de connaissances (ici assimilé à des « points »)qui pullulent dans le monde qui nous entoure pour établir des liens entre ces « points » afin d’alimenter la pensée créatrice ainsi que les nouvelles idées.

Il s’agit d’un sujet d’inspiration vraiment amusant à lire, et donc voici quelques citations et conseils depenseurs créatifs concernant l’importance d’effectuer des connexions dans votre cerveau.

Mais avant de commencer, toutefois, analysons une recherche qui montre que l’intelligence est étroitement liée aux connexions physiques dans notre cerveau.

Intelligence et connexions: pourquoi votre cerveau a besoin de bien communiquer avec elle-même

Une recherche du « California Institute of Technology[2] » a montré que l’intelligence est quelque chose qui se retrouve dans tout le cerveau, plutôt que dans une région spécifique : les chercheurs ont découvert qu’au lieu de résider au sein d’une structure unique, l’intelligence générale est déterminée par un réseau de régions sur les deux côtés du cerveau.

L’un des chercheurs de cette recherche a expliqué que l’étude a montré que le cerveau travaille tel un système distribué. Ainsi, plusieurs régions du cerveau, et les liens entre eux (connexions)s’avèrent ce qui était le plus important pour l’intelligence générale.

L’étude soutient également une théorie existante concernant l’intelligence dictant que l’intelligence générale est fondée sur la capacité du cerveau à se rassembler et intégrer différents types de traitement, tels que la mémoire de travail.

À l’Université de Washington[3], une étude de recherche a constaté que la connectivité avec une zone particulière du cortex préfrontal est en corrélation avec l’intelligence générale d’une personne.

Cette étude a montré que l’intelligence est en partie appuyée sur certaines zones du cerveau à fonctionnement de haut niveau, et en partie sur leur capacité de communication avec d’autres zones dans le cerveau.

En dehors de la connectivité physique au sein du cerveau, la capacité à faire des liens entre les idées et les connaissances que nous détenons dans nos mémoires (car on pense qu’il existe plusieurs types de mémoire rependus dans plusieurs zones du cerveau) peut ainsi nous aider à penser de manière plus créative et à produire un travail de meilleure qualité.

Les connexions sont le carburant de la créativité : rien n’est vraiment original!

Steve Jobs est une personne toute désigner chaque fois qu’il est question de faire référence à la créativité ou à l’innovation, et il n’est donc pas surprenant de remarquer qu’il a déjà parlé de l’établissement de connexions. Cette grande citation est tirée d’une entrevue dans la revue Wired en 1996 : la créativité relève seulementde la connexion entre des éléments. Lorsque vous demandez aux gens créatifs comment ils ont réalisé une chose, ils se sentent un peu coupables, car ils ne l‘ont pas vraiment fait, ils ont seulement vu quelque chose.

Steve Jobsavait ensuite expliqué que l’expérience (comme nous l’avons vu dans l’illustration ci-haut) s’avère le secret pour être en mesure de faire des liens aussi facilement : c‘est parce qu’ils ont été en mesure de connecter les expériences qu’ils ont vécues et de synthétiser de nouvelles choses. Et la raison principale pour laquelle ils ont été en mesure de le faire, c’est qu’ils ont eu plus d’expériences, ou bien parce qu’ils ont effectué plus de réflexion sur leurs expériences, que les autres.

Maria Popova est sans doute l’un des meilleurs exemples (et promoteurs) de ce que nous appelons « créativité combinatoire » (combinatorial creativity)[4]. C’est-à-dire, la production des connexions entre les choses pour créer de nouvelles idées :… afin de vraiment pouvoir créer et de pouvoir contribuer au monde, nous devons être en mesure de « connecter » une multitude de points de connaissance, et d’effectuer une « pollinisation croisée » (cross-pollinate) d’idées d’une multitude de disciplines et de sujets, et de combiner et recombiner ces morceaux et ainsi construire de nouveaux châteaux (superstructure qui sied au-dessus d’un ensemble de choses. Selon Popova, être capable de faire lecture d’un large éventail de sujets s’avère souvent l’un des éléments les plus importants. Elle met beaucoup d’emphase sur la manière dont nos ego affectent notre volonté de construire sur ce que les autres ont élaboré avant nous :… c’est quelque chose que nous comprenons tous à un niveau intuitivement profond, mais que notre ego créatif (creative ego) ne veux plus ou moins pas vraiment à accepter : et c’est l’idée que la créativité s’avère combinatoire, et que rien n’est tout à fait original, et que tout repose sur ce qui est venu avant nous…

Popova fait usage d’une analogie avec les blocs Lego où elle compare les points de connaissances que nous détenons à des blocs de construction Lego : plus nous détenons ces blocs de construction (connaissances), plus diversifié leurs formes et leurs couleurs, plus intéressants de nos châteaux deviendra.

L’auteur Austin Kleon est quelqu’un qui vient immédiatement à l’esprit chaque fois qu’il est question de connectivité et de l’art de remixer. Kleon est l’auteur de l’ouvrage « Steal Like An Artist », un livre sur l’utilisation du travail des autres pour inspirer et informer ses propres travaux. Il débute son livre ainsi : chaque artiste se fait poser la question : « Mais où prenez-vous vos idées? ». L’artiste honnête répond, « Je les vole ».

Kleon s’avère une source d’inspiration importante, car il est tellement honnête au sujet de la manière dont le travail d’autrui est devenu une partie intégrante à son propre travail. Il est également désireux à mettre en exergue cette phrase de Maria Popova que « rien n’est vraiment original » : Chaques idées nouvelles n’est seulement qu’un « composite ou mélange » ou un remix d’une ou plusieurs autres idées précédentes.

Si vous êtes à la recherche de l’acquisition des conseils sur la création de plus de connexions entre les connaissances que vous détenez et entretenez (et ainsi recueillir encore plus de connaissances), une lecture du livre de Kleon est un excellent moyen pour débuter. Il propose certaines suggestions tel que :

  • transportez un cahier de notes ou un ordinateur portable (notebook) partout ou vous allez ;

  • lisez beaucoup ;

  • entretenez un fichier de travail (scratch file) ;

Comment la pensée scientifique relève de la capacité à produire des connexions

Lorsqu’il s’agit du domaine de la science, les connexions entre les points de connaissance semblent être tout aussi importantes. Dans l’art de l’investigation scientifique (The Art of Scientific Investigation), le professeur à l’Université de Cambridge W. I. B. Beveridge a écrit que les scientifiques qui réussissent « ont souvent été des personnes entretenant divers sujets d’intérêts », ce qui a généralement conduit à leur originalité : l’originalité consiste souvent à savoir relier des idées dont la connexion n’avait pas été soupçonnée auparavant.

Cet auteur a également suggéré que les scientifiques devraient élargir le champ de leur lecture, et ce, en dehors de leur domaine, afin d’ajouter à leurs connaissances (afin qu’ils aient plus de points de connaissances lorsque vient plus tard le temps de les connecter) : La plupart des scientifiques estiment que c’est un sévère handicap que d’enquêter sur un problème dans l’ignorance de ce qui est déjà connu sur le sujet d’enquête.

L’écrivain de science Dorian Sagan est en accord sur le fait que la science porte essentiellement sur la capacité à produire des connexions: la nature n’obéit désormais plus aux divisions « territoriales » de disciplines scientifiques académiques ou les continents apparaissent comme des espaces à être coloré afin de refléter les divisions nationales de leurs habitants humains. Pour l’auteur, les grands moments « satori », « d’épiphanies », « Eureka » ou « aha! » scientifiques s’avèrent essentiellement caractérisés par l’aptitude à savoir connecter les points de connaissances.

Ajouter à vos connaissances – le pouvoir de nouvel expériences

Commencez donc à faire plus de connexions entre les points de connaissance et faites preuve de créativité. Après tout, plus vous détenez de connaissances, plus vous serez en mesure de faire de connexions. Commencez par faire plus de lecture, élargissez vos domaines et sujets de lectures, et explorez de nouvelles possibilités pour la collecte de connaissances (par exemple, tentez de nouvelles expériences, allez à des rencontres ou entreprenez un nouveau passe-temps).

Comme le chercheur Dr Duezel l’explique si bien lorsqu’il s’agit de vivre de nouvelles expériences : « Seules les choses complètement nouvelles provoquent une forte activité dans la région mésencéphale du cerveau (midbrain area) ».

Donc, essayez quelque chose de nouveau et forcez-vous à une douce surcharge de votre cerveau pouvant ainsi apporter une spectaculaire amélioration de l’activité cervicale.

Gardez une trace de tout — en particulier dans la douche

Comme le suggère Austin Kleon, prendre un ordinateur portable (ou votre téléphone intelligent), ou un cahier de notes, partout avec vous allez et prenez des notes lorsque quelque chose vous viens à l’esprit. Ne vous attendez pas à ce que votre cerveau se souvienne de tout — donnez-lui un coup de main en notant les concepts ou idées importants que vous rencontrerez dans vos réflexions. Alors que vous faites cela, vous vous souviendrez de notes précédentes qui s’y rapportent (hey, vous faites déjà des connexions!) — et prenez également bien note de ces liens entre les points de connaissances.

Vous pouvez le faire même lorsque vous êtes sous la douche avec quelque chose comme « Acqua Notes ». La douche est un endroit particulièrement privilégié ou il a été prouvé qu’elle nous rend plus créatifs.

Révisez vos notes journalières, journalièrement — la méthode de Benjamin Franklin

La révision de vos notes peut souvent aider à vous permettre de plus facilement vous en rappeler lorsque vous en avez besoin. Lisez ce que vous avez pris en notes auparavant, et vous constaterez peut-être que depuis, vous avez ajouté plus de connaissances à votre répertoire, et que vous pouvez maintenant mieux vous connecter à vos anciennes notes!

En fait, cette habitude c’était l’un des secrets les mieux gardés de Benjamin Franklin. Chaque matin et chaque soir, il révisait sa journée en répondant à une simple question : « qu’est-je fais de bon aujourd’hui? ».

— –

sources

  1. http://www.fastcompany.com/3031994/the-future-of-work/the-secret-to-creativity-intelligence-and-scientific-thinking

références

  1. http://www.sciencedaily.com/releases/2010/02/100222161843.htm

  2. https://news.wustl.edu/news/Pages/24068.aspx

  3. http://en.wikipedia.org/wiki/Computational_creativity#Combinatorial_creativity

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s