Inequality for all : Le cycle de la pauvreté s’avère psychologique, non pas seulement financier

La pauvreté demeure l’un des problèmes les plus pressants auxquels le monde entier doit faire face; les mécanismes par lesquels la pauvreté se pose et se perpétue, cependant, restent encore mal compris.

Plus de 1,5 milliard de personnes dans le monde vivent avec moins de 1 dollar par jour (parité de pouvoir d’achat en dollars, décembre 2013). Ce manque de moyens financiers a de lourdes conséquences : en Afrique, la personne moyenne meurt 21 ans plus tôt qu’en Europe, un tiers de la population est analphabète, et un enfant sur trois souffre d’un développement de croissance retardée. La pauvreté économique signifie vivre dans la misère, mourir précocement et élever des enfants qui font face à des perspectives similaires.

Lorsque l’on pense à ceux qui sont moins fortunés, l’on dit souvent que l’on devrait se placer dans leurs souliers.

Mais la recherche suggère que cela s’avérerait pourtant difficile, car être pauvre affectent non seulement les circonstances ainsi que l’environnement d’une personne, mais également, et plus fondamentalement, sa manière de penser et prendre des décisions. Dans un nouveau document de synthèse dans la revue Science, faisant partie d’un numéro spécial sur la « science de l’inégalité », deux chercheurs détaillent le cycle psychologique ainsi créé lorsque l’on vie dans la pauvreté rendant ainsi d’autant plus difficile de quitter cette situation qui s’avère ainsi pernicieuse.

Un nombre croissant d’études montrent aujourd’hui que la pauvreté rend les gens plus stressés. Ce stress — définie comme la réaction d’un organisme à des exigences environnementales dépassant sa capacité d’adaptation ou régulatoire — génère une « aversion au risque » chez ces personnes, ce qui les rend « myope » (perspective à court terme), dans le sens où ils sont plus susceptibles de prendre des décisions qui leur profitent sur le moment présent que sur le long terme (perspective à long terme). Cela peut donc favoriser une certaine limitation sur ce que vous êtes prêt à « investir » pour l’avenir, en termes de soins de santé, d’éducation, et ainsi de suite.

Ainsi donc, la pauvreté peut, en particulier, de réduire la volonté à prendre des risques et à renoncer au revenu courant en faveur des revenus futurs plus élevés. Cela peut se manifester par une faible volonté d’adopter de nouvelles technologies et à la faiblesse des investissements dans les résultats à long terme tels que l’éducation et la santé, qui peut ainsi diminuer les revenus futurs. Ainsi, la pauvreté peut favoriser des comportements qui rendent plus difficile à échapper à la pauvreté.

Deux mises en garde s’imposent d’emblée. Premièrement, la pauvreté se caractérise, non seulement par des revenus insuffisants, mais également par des institutions dysfonctionnelles, l’exposition à la violence et la criminalité, le manque d’accès aux soins de santé, et une foule d’autres obstacles et leurs inconvénients. Cette diversité complique un compte unique et simple de la relation entre la pauvreté et la psychologie. Cependant, une première étape utile peut être faite en mettant l’accent sur la pauvreté matérielle comme un puissant élément central et annonciateur des propriétés auxiliaires de la pauvreté, et il n’est pas question ici de suggérer que les pauvres sont à blâmer pour leur pauvreté. Bien au contraire, un environnement de pauvreté dans lequel on nait peut déclencher des processus qui renforcent la pauvreté. Sur ce point de vue, n’importe qui peut être pauvre si ce n’était pas par le fait de certaines coïncidences environnementales.

Les personnes vivant dans la pauvreté, en particulier dans les pays en développement, se sont montré, et ce répétitivement, à entretenir une aversion au risque et à être plus susceptibles d’actualiser les rendements à venir que les individus les plus riches ; les ménages plus aisés ou ceux dont les revenus annuels sont supérieurs affichent également des niveaux inférieurs à l’aversion au risque.

Haushofer et son collègue, Ernst Fehr de l’Université de Zurich, ont passé en revue une longue liste d’études qui révèlent comment cette relation entre le stress et la prise de décision affecte les pauvres. Pris ensemble, la relation crée une boucle de rétroaction qui perpétue le cycle de la pauvreté : psychologiquement, non pas seulement financièrement, les pauvres ont du mal à prendre des risques sur le long terme et ainsi investir dans leur avenir, et donc restent pauvres et plus stressés.

Pour Haushofer, ce qui est le plus surprenant, ce n’est pas la preuve en elle-même, mais combien la preuve contredit les perceptions du public au sujet de la pauvreté. Beaucoup de gens pensent et croient que les pauvres sont heureux de vivre une vie simple et sans tracas. C’est tout simplement faux, selon Haushofer. Les données ne supportent pas du tout ces affirmations. De même, les gens ont souvent le réflexe de blâmer les pauvres parce qu’ils prennent de mauvaises décisions, et ont ainsi peu d’empathie pour leurs difficultés psychologiques. En réalité, la situation de la pauvreté elle-même exerce « un énorme pouvoir » sur les décisions que ces personnes font.

Bien que les chercheurs n’ont peu ou pas de réponse, ils en appellent à ce que plus d’attention soit accordée à l’amélioration des niveaux de stress et du bien-être psychologique des pauvres en terme de stratégie visant à lutter contre la pauvreté elle-même. Si cette boucle de rétroaction entre la pauvreté, le stress et la prise de décision existe, alors la prochaine étape que nous établir est évidemment de le « casser ».

— –

sources

  1. Leber, Jessica (2014). “The Cycle Of Poverty Is Psychological, Not Just Financial”, http://www.fastcoexist.com/3030884/the-cycle-of-poverty-is-psychological-not-just-financial
  2. Haushofer, J., & Fehr, E. (2014). On the psychology of poverty. Science, 344(6186), 862-867, http://www.sciencemag.org/content/344/6186/862.full.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s