Du cynisme!

Le ‪‎cynisme‬ ‪‎politique‬ en fait, c’est la désaffectation politique et sociale des parties, c’est la rupture de la confiance entre le citoyen et l’état prestataire de service (gouvernement, politique, éducation, santé, infrastructure, etc). Dans la pratique de la démocratie se désintéressera le citoyen, l’édifice tombera en ruines, on le désaffectera et quand il y aura péril pour la démocratie, on parlera de cynisme.

Le cynisme c’est le mépris des conventions sociales, de l’opinion publique, des idées reçues, généralement fondé sur le refus de l’hypocrisie et/ou sur le désabusement, souvent avec une intention de provocation. C’est le mépris des convenances, de l’opinion, de la morale.

En ce sens, le cynisme se trouvent souvent propagé par les ‘leader d’opinions’ ou les ‘entrepreneurs de morale’.

Or pour moi, les systèmes collusionnaires relève de la mise en oeuvre du cynisme. Le cynisme, ce sont les dérives du financement occulte des partis politiques. Le cynisme, c’est posséder des infrastructures désuètes qui risque de s’écrouler sur la populace locale à tout moment. Le cynisme, c’est avoir des écoles parsemées de moisissures. Le cynisme, c’est un taux alphabétisation fonctionnelle de 50% de la population, et des dérive en terme de littératie multiples. Le cynisme, c’est la violence et la maltraitance institutionnelle des ainées ou la violence psychologique et morale faite aux enfants. Le cynisme, ce sont les problèmes d’accès aux services de soins santé et les attentes interminables. Le cynisme, c’est l’absence d’imputabilité, de responsabilité, d’éthique et de morale. Le cynisme, c’est provocant, insolent, aux limites de l’impudence.

En ce sens, c”est la rupture du contrat social qui n’assure plus la confiance entre les parties ; c’est une rupture du lien social ; c’est de la dégradation du tissu social.

J’aime les expressions “d’insulte intellectuelle” ou “d’insulte à l’humanité” pour exprimer l’absurdité, la puérilité, des humains qui mettent en œuvre ou qui participent aux systèmes collusonnaires. C’est le mépris de l’intelligence, de la cohérence, de l’imputabilité, de la responsabilité, de l’éthique et de la morale, etc. C’est le réalisme relativisme à son meilleur. Or, ne pas avoir d’éthique, c’est se manquer de respect à soi-même et aux autres.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s