Des psychologues ont trouvé qu’une mauvaise nuit de sommeil aggrave les conflits relationnels

Un « bon sommeil » se définit par l’absence de somnolence pendant la période d’éveil. Qu’il soit de mauvaise qualité ou en quantité insuffisante, cela entraîne des effets à court et à long terme (dette chronique de sommeil). Les conséquences d’un manque de sommeil ou d’un sommeil de mauvaise qualité peuvent être sérieuses. Un sommeil déficient entraînerais des risques accrus, d’hypertension artérielle, d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies du coeur, de diabète, d’obésité et de dépression. Aussi, le manque de sommeil serait la cause cachée de la majorité des « erreurs humaines » qui provoquent des accidents, selon des chercheurs de l’Université McGill. Chez les enfants, la privation de sommeil est associée à l’impulsivité, l’hyperactivité et l’inattention.

On sait d’ailleurs déjà que les problèmes relationnels peuvent nous tenir éveillés toute la nuit. Cependant, une nouvelle recherche de l’University of California à Berkeley (UC Berkeley) suggère que les nuits blanches peuvent également aggraver les conflits et la relation entre amoureux.

Les psychologues Amie Gordon et Serena Chen de UC Berkeley ont constaté que les gens sont beaucoup plus susceptibles de s’en prendre à leurs partenaires romantiques lors de tensions relationnelles, et ce, après une mauvaise nuit de sommeil.

« Les couples plus conflictuels sont moins heureux et en moins bonne santé », a déclaré Mme. Gordon, une étudiante au doctorat en psychologie et principal auteur de l’étude publiée en ligne dans la revue Social Psychological and Personality Science. « Notre recherche permet d’éclairer un facteur qui pousse les couples à s’engager dans des conflits inutiles et nuisibles en montrant que les couples font l’expérience de conflits plus fréquents et plus graves après des nuits blanches », a-t-elle ajouté.

Alors que de précédentes études indiquent qu’un sommeil pauvre aurait un impact négatif sur les relations amoureuses, ces nouveaux résultats jettent plus de lumière sur la manière dont le mauvais sommeil compromet l’habileté des couples à éviter et à gérer leur(s) conflit(s), selon les chercheurs.

« Pour la première fois, à notre connaissance, nous pouvons percevoir le processus de la manière dont la nature, le degré et la résolution des conflits sont négativement influencés par un mauvais sommeil », a déclaré Chen, professeur de psychologie à l’UC Berkeley.

Les chercheurs ont recueilli des données sur les habitudes de sommeil de plus de 100 couples qui avaient été ensemble, en moyenne, près de deux ans. Ils ont évalué les participants pour la dépression, l’anxiété et d’autres facteurs de stress afin de se concentrer uniquement sur le lien entre la qualité du sommeil des couples et les conflits relationnels.

Dans une expérience, 78 jeunes adultes en relations amoureuses ont fourni des rapports quotidiens sur une période de deux semaines sur la qualité de leur sommeil et leur stress relationnels. Dans l’ensemble, les participants ont rapporté plus de discorde avec leurs partenaires lors des jours qui suivent une nuit de mauvais sommeil.

« Même parmi les relativement bons dormeurs, une mauvaise nuit de sommeil était associée à davantage de conflits avec leur partenaire amoureux, le lendemain » a dit Chen.

Dans une deuxième expérience, 71 couples se sont présentés au laboratoire, et ont évalué la manière dont ils avaient dormi la nuit précédente, puis, tout en étant filmés, ont discuté avec leurs partenaires une source de conflit dans leur relation. Pour chaque couple, chaque partenaire a ensuite évalué ses propres réactions émotionnelles ainsi que celui de son ou sa partenaire au cours de la conversation conflictuelle, et enfin évaluer s’ils ont résolu le désaccord.

Les participants qui avaient mal dormi, et leurs partenaires, ont déclaré se sentir plus « négatif » envers l’autre tendre moitié, et ce, au cours de la discussion lors des conflits, selon les observations et de leurs rapports. Leurs compétences de résolution de conflits et la capacité d’évaluer avec précision les émotions de leurs partenaires ont également souffert après une mauvaise nuit de sommeil.

— –

SOURCE

Anwar, Yasmin (2013). “Sleepless nights can turn lovers into fighters”, Media Relations, July 8 2013, [http://bit.ly/157Y1KF].

Gordon, A. M., & Chen, S. (2013). “The Role of Sleep in Interpersonal Conflict Do Sleepless Nights Mean Worse Fights?”. Social Psychological and Personality Science.

Advertisements

Comment le rejet peut nuire à notre bien-être, ainsi qu’à notre santé psychologique et émotionnelle

La douleur, qu’elle soit causée par une blessure physique ou le rejet social, est inévitable au cours d’une vie, et le rejet semble parfois vraiment douloureux physiquement. Or, bien des rejets vécus peuvent générer des dégâts à notre bien-être psychologique ainsi qu’à notre santé psychologique et émotionnelle, qui va bien au-delà de la simple douleur émotionnelle. Commençons donc par examiner pourquoi le rejet fait si mal.

Le Ethan Kross Ph.D. et ses collègues à l’Université du Michigan ont scanné les cerveaux des participants dont les partenaires romantiques avaient récemment rompu avec eux. Les régions du cerveau associées à la douleur physique se sont activées alors que les participants visualisaient des photographies de leurs anciennes flammes (Proceedings of the National Academy of Sciences, 2011). Les effets du rejet se grefferaient sur les voies de la douleur physique dans le cerveau. Des études IRMf montrent que ce sont les mêmes régions du cerveau qui s’activent quand nous éprouvons du rejet et quand nous éprouvons de la douleur physique. C’est pourquoi le rejet fait tellement mal (neurologiquement parlant). En fait, notre cerveau réagit de manière similaire au rejet et à la douleur physique [a]. Ainsi, une certaine accumulation de preuves suggère qu’il y aurait un chevauchement de la douleur physique et de la douleur sociale, empruntant les mêmes circuits neuronaux et les processus sous-jacents [b]. Or, certaines études contredisent ce résultat [c].

L’acétaminophène (Tylenol) réduiriait la douleur émotionnelle que suscite le rejet. Pour tester l’hypothèse que le rejet « imite » la douleur physique, des scientifiques ont donné à quelques personnes de l’acétaminophène avant de leur demander de rappeler une expérience douloureuse de rejet. Les participants qui ont reçu Tylenol ont signalé des douleurs émotionnelles beaucoup moins vives que les sujets ayant reçu un placebo. Les psychologues supposent qu’il y aurait une raison spécifique pour le lien étroit entre le rejet et la douleur physique. L’acétaminophène réduit les réactions comportementales et neuronales associées à la douleur du rejet social, ce qui démontre un chevauchement important entre la douleur physique et sociale [d]. De plus, observer le rejet/l’exclusion active les régions associées à la mentalisation, et les personnes très empathiques ont activé deux régions, celui à la mentalisation, et celui associé à la douleur [e]. Le lien entre la douleur physique et sociale peut paraître surprenant, mais il serait logique biologique. En effet, au lieu de créer un tout nouveau système pour répondre aux événements socialement douloureux, l’évolution a simplement opté pour l’usage système préexistant de la douleur physique. Compte tenu du chevauchement partagé, il s’ensuit que si vous engourdissez à un type de douleur, cela devrait également engourdir la douleur d’un autre type.

Le rejet aurait servi une fonction vitale dans l’évolution humaine. En effet, à l’époque des chasseurs-cueilleurs, l’ostracisme tribal (exil; bannissement du groupe) pouvait s’avérer une véritable sentence de mort, car il y avait très peu de chance de survivre très longtemps seul sans l’aide du groupe. Les psychologues évolutionnistes supposent que le cerveau aurait développé un système d’alerte précoce pour nous informer d’une situation à risque d’ostracisme. Parce qu’il était si important d’attirer notre attention — ceux qui ont vécu le rejet de manière plus douloureuse (parce que le rejet « imite » la douleur physique dans leur cerveau) ont bénéficié d’un avantage évolutif — ils étaient plus susceptibles de corriger leur comportement et, par conséquent, plus susceptibles de ne pas être évincer de la tribu.

Les liens sociaux apportent d’immenses bénéfices pour le bien-être physique, psychologique et mental. Lorsque ces connexions (les liens sociaux) s’effondrent sous l’effet du rejet social, les gens éprouvent une détresse importante et la douleur émotionnelle. Certaines réponses au rejet peuvent être exacerbées ou affaiblies selon la manière dont les gens se représentent mentalement leurs liens avec les autres (leurs liens sociaux). Les gens qui recherchent les possibilités de rapprochement et qui craignent que leurs ouvertures soient rejetées par autrui peuvent avoir des réponses neuronales « accru » au rejet social, alors que les personnes qui ont des inquiétudes au sujet de la proximité avec les autres peuvent désactiver le système d’attachement, ce qui entraîne l’inhibition de réponses neuronales au rejet social, entrainant une réponse faible au rejet. Ainsi, certains résultats suggèrent que le style d’attachement serait impliqué dans la réaction au rejet [f].

Nous pouvons revivre et refaire l’expérience de la douleur sociale plus vivement que de la douleur physique; en d’autres termes, le seul souvenir de la douleur physique ne suscitera pas de douleur physique. Toutefois, tentez de revivre un rejet social qui a été douloureux, et vous serez inondés d’un bon nombre des mêmes sentiments que vous aviez à l’époque (et votre cerveau réagira avec autant d’intensité qu’il l’a fait à l’époque). Notre cerveau « privilégierait » les expériences de rejet parce que nous sommes des animaux sociaux et grégaires et qui aiment vivre en « tribus ».

Or, semble-t-il, nous aurions tous un fondamental besoin d’appartenir à un groupe (une « tribu »). Lorsque nous sommes rejetés, ce besoin « primal » est déstabilisé et la déconnexion du lien social que nous ressentons s’ajoute à notre douleur émotionnelle. Renouer avec ceux que nous aimons ou nous avons aimés, tendre la main aux membres de groupes auxquels nous sentons une forte affinité et qui nous apprécie et qui nous accepte pour ce que nous sommes soulagerait la douleur émotionnelle du rejet.

En 2001, le « Surgeon General of the U.S » a publié un rapport qui a déclaré que le rejet était un plus grand risque de violence chez les adolescents que les médicaments, la pauvreté ou l’appartenance à un gang. De nombreuses études ont démontré que même les rejets les plus bénins conduisent les gens s’en prendre à des spectateurs « innocentes ». Cependant, une grande partie de l’agressivité (et des agressions) comme suite au vécu du rejet est également tournée vers l’intérieur de la personne rejeté.

Le rejet nous catapulte dans une mission pour rechercher et détruire notre estime de soi. S’autoblâmer (autoculpabilisation) et attaquer son estime de soi ne fait qu’aggraver la douleur émotionnelle que nous ressentons et rend la récupération émotionnelle encore plus difficile. Les personnes ayant une faible estime de soi ont réagi plus négativement aux signes de rejet interpersonnel comparativement à ceux qui ont une forte estime de soi. Toutefois, des recherches antérieures ont montré que les différences individuelles dans le contrôle attentionnel peuvent atténuer les réactions négatives au rejet social parmi les personnes vulnérables et à faible estime de soi [g]. Or, certaines études contredisent le fait que le rejet affaiblit l’estime de soi [h].

Or, se rappeler une récente expérience de rejet et revivre l’expérience est suffisant pour que les gens obtiennent des résultats significativement plus faibles sur les tests ultérieurs de QI, tests de mémoire à court terme, et des tests de prise de décision [i,j,k,l]. En effet, lorsque nous sommes sous le choc d’un douloureux rejet, la réflexion ne s’avère clairement pas aussi simple que ça.

On le voit, en plus de la douleur psychologique et émotionnelle, on émet également l’hypothèse que la douleur suscitée par le rejet emprunte non seulement les voies de la douleur psychologique, mais également celle de la douleur physique. Le rejet social se produit essentiellement lorsqu’une personne est délibérément exclue d’une relation sociale ou de l’interaction sociale pour des raisons sociales plutôt que pratiques. Ce thème comprend à la fois le rejet interpersonnel (ou le rejet par les pairs) et le rejet sentimental. En outre, le rejet social peut se manifester lors de harcèlement, d’intimidation, de la marginalisation, de la stigmatisation, de l’étiquetage, d’être porté sur une liste noire, d’activités physiques et morales blessantes et/ou ridicules ou passives, en ignorant une personne ou en lui infligeant un type de « bizutage » silencieux. L’expérience face au rejet peut conduire à un nombre de conséquences psychologiques telles que la solitude, une faible estime de soi, une agressivité et une dépression. Cela peut également entraîner un sentiment d’insécurité et une haute sensibilité morale à de futurs rejets. Le rejet social augmente la colère, l’anxiété, la dépression, la jalousie et la tristesse. Il réduit les performances des tâches intellectuelles difficiles, et peut également contribuer à l’agression et au mauvais contrôle des impulsions (Current Directions in Psychological Science, 2011). Le rejet social incite souvent l’individu à tenter d’être conforme aux attentes (réalistes ou irréalistes) d’un groupe qui l’a précédemment rejeté dans l’objectif d’être accepté par celui-ci. Le rejet social rendrait une personne plus susceptible à la persuasion et aux suggestions et moins encline à s’affirmer et à exprimer ses limites.

De toute évidence, il y a de bonnes raisons de mieux comprendre les effets de l’exclusion. Les humains ont un besoin fondamental d’appartenance, tout comme nous avons besoin de nourriture et d’eau, nous avons aussi des besoins de relations positives et durables. Ce besoin est profondément enraciné dans notre histoire évolutive et a toutes sortes de conséquences sur les processus psychologiques modernes.

Aussi intelligents que les êtres humains soient, nous nous appuyons sur les groupes sociaux pour assurer notre survie individuelle. Nous avons donc évolué à vivre au sein de sociétés « coopératives », et pour la plupart de l’histoire humaine, nous dépendions de ces groupes pour notre vie. Comme la faim ou la soif, notre besoin d’acceptation est apparu comme un mécanisme de survie. « Un être humain solitaire n’aurait pas pu survivre pendant les six millions d’années d’évolution humaine alors que nous vivions dans la savane africaine ». Le rejet social favorise la culpabilisation et une faible estime de soi. Le rejet social rend vulnérable. Enfin, les personnes qui se sentent systématiquement exclues ont moins une bonne qualité de sommeil, et leurs systèmes immunitaires ne fonctionnent pas aussi bien que ceux ayant des liens sociaux forts.

Même de brefs épisodes de rejet, en apparence anodins, peuvent « piquer ». Dans une étude récente, Williams, Eric Wesselmann, PhD et ses collègues, du Purdue University, ont constaté que lorsque des participants croisère un inconnu qui semblait regarder « à travers eux » plutôt que de rencontrer leurs regards, ces derniers ont rapporté un lien social inférieur qu’avec les gens qui ont rencontré leur regard au passage de l’inconnu (Psychological Science, 2012). Heureusement, la plupart des gens se rétablissent presque immédiatement de ces brefs épisodes de rejet. Si un étranger ne parvient pas à vous regarder dans les yeux, vous n’êtes pas susceptible de vous y attarder très longtemps. Cependant, d’autres rejets communs — ne pas être invité à une fête, ou un refus d’une pour un deuxième rendez-vous amoureux — peuvent causer des émotions négatives persistantes.

Cela peut prendre un certain temps pour guérir d’une mauvaise rupture ou lorsque l’on a été congédié, mais la plupart des gens finissent par surmonter la douleur et les sentiments blessés du rejet. Lorsque les personnes sont chroniquement rejetées ou exclues, les conséquences peuvent être bien plus graves.

Il y a plusieurs manières de traiter les blessures psychologiques infliger par le rejet. Il est possible de traiter le rejet de la douleur émotionnelle suscitée et ainsi éviter les retombées cognitives, émotionnelles et psychologiques, relationnels qui se produisent dans son sillage. Pour le faire efficacement, nous devons aborder chacune de nos blessures psychologiques (c.-à-d. : apaiser la douleur émotionnelle, réduire la colère et l’agressivité, protéger l’estime de soi, et stabiliser le besoin d’appartenance.

____________________

SOURCES

Winch, Guy (2013). “Ten Surprising Facts About Rejection”. Psychology Today, July 3 2013, [http://bit.ly/10zJKXA].

Weir, Kirsten (2012). “The pain of social rejection”. Monitor on Psycholog. American Psychological Association , April 2012, Vol 43, No. 4.

RÉFÉRENCES

[a] Eisenberger, N. I., Lieberman, M. D., & Williams, K. D. (2003). Does rejection hurt? An fMRI study of social exclusion. Science, 302(5643), 290-292.

[b] Eisenberger, N. I., & Lieberman, M. D. (2004). Why rejection hurts: a common neural alarm system for physical and social pain. Trends in cognitive sciences, 8(7), 294-300.

[c] Cacioppo, S., Frum, C., Asp, E., Weiss, R. M., Lewis, J. W., & Cacioppo, J. T. (2013). A Quantitative Meta-Analysis of Functional Imaging Studies of Social Rejection. Scientific Reports, 3.

[d] DeWall, C. N., MacDonald, G., Webster, G. D., Masten, C. L., Baumeister, R. F., Powell, C., … & Eisenberger, N. I. (2010). Acetaminophen reduces social pain behavioral and neural evidence. Psychological science, 21(7), 931-937.

[e] Masten, C. L., Morelli, S. A., & Eisenberger, N. I. (2011). An fMRI investigation of empathy for ‘social pain’and subsequent prosocial behavior. Neuroimage, 55(1), 381-388.

[f] DeWall, C. N., Masten, C. L., Powell, C., Combs, D., Schurtz, D. R., & Eisenberger, N. I. (2012). Do neural responses to rejection depend on attachment style? An fMRI study. Social cognitive and affective neuroscience, 7(2), 184-192.

[g] Gyurak, A., Hooker, C. I., Miyakawa, A., Verosky, S., Luerssen, A., & Ayduk, Ö. N. (2012). Individual differences in neural responses to social rejection: the joint effect of self-esteem and attentional control. Social cognitive and affective neuroscience, 7(3), 322-331.

[h] Blackhart, G. C., Nelson, B. C., Knowles, M. L., & Baumeister, R. F. (2009). Rejection elicits emotional reactions but neither causes immediate distress nor lowers self-esteem: A meta-analytic review of 192 studies on social exclusion. Personality and Social Psychology Review, 13(4), 269-309.

[i] Stillman, T. F., & Baumeister, R. F. (2013). Social Rejection Reduces Intelligent Thought and Self-Regulation. The Oxford Handbook of Social Exclusion, 132.

[j] Baumeister, R. F., Twenge, J. M., & Nuss, C. K. (2002). Effects of social exclusion on cognitive processes: anticipated aloneness reduces intelligent thought. Journal of personality and social psychology, 83(4), 817.

[k] Baumeister, R.F., Twenge, J.M., & Nuss, C. (2002). Effects of social exclusion on cognitive processes: Anticipated aloneness reduces intelligent thought. Journal of Personality and Social Psychology, 83, 817-827.

[l] Twenge, J. M., Catanese, K. R., & Baumeister, R. F. (2002). Social exclusion causes self-defeating behavior. Journal of Personality and Social Psychology, 83, 606-615.

L’usage des antidépresseurs toujours en hausse dans les pays riches

Selon l’OCDE, le taux d’augmentation des prescriptions ne correspond pas à l’augmentation globale des diagnostics, entrainant ainsi des inquiétudes chez les professionnels de la santé quant à l’utilisation excessive ou la sur-utilisation de médicaments.

L’usage d’antidépresseurs a ainsi bondi à travers le pays riche au cours de la dernière décennie, selon l’Organisation for Economic Co-operation and Development (OCDE), soulevant des inquiétudes chez les médecins selon laquelle il y aurait une sur-prescription de « pilules ».

Les chiffres montrent que dans certains pays les médecins sont en train d’écrire des ordonnances pour plus d’un adulte sur 10, avec l’Islande, l’Australie, le Canada et les autres pays nordiques européens en tête.

D’autres données, provenant des États-Unis celles-là, montrent que plus de 10 % des adultes américains utilisent le médicament contre la dépression. En Chine, le marché des antidépresseurs a augmenté d’environ 20 % pour chacune des trois dernières années, mais à partir d’une base plus faible.

Toutefois, le taux global de dépression n’a pas augmenté dans la même mesure, même si plus de gens sont diagnostiqués dans certains pays.

Dans son rapport « Health at a glace » (http://bit.ly/19KOcmN ; Panorama de la sante 2013 – http://bit.ly/LCogoJ), l’OCDE a déclaré que la hausse des niveaux de consommation pourrait s’expliquer par l’utilisation des antidépresseurs pour les cas légers de dépression. Toujours selon l’OCDE, la crise financière pourrait avoir été un facteur contribuant à la plus récente augmentation de l’usage, notamment pour l’Espagne et le Portugal, par exemple,ou les prescriptions d’antidépresseurs ont fait un bond de plus de 20 % au cours des cinq dernières années.

La plupart des psychiatres s’accordent à dire que les antidépresseurs fonctionnent mieux pour les personnes atteintes d’une maladie grave, mais ne sont pas censés être comme premier recours pour les personnes souffrant de dépression légère. Nous savons également que les antidépresseurs fonctionnent pour dépression modérée à sévère. La consultation et les thérapies par la parole, comme la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), sont reconnus comme tout aussi efficace sur le long terme. Mais les psychothérapies sont une « denrée » rare dans de nombreux pays. Ainsi, on pourrait supposer que l’explosion de l’usage d’antidépresseurs que l’on constate actuellement dans la plupart des pays reflète le fait que beaucoup de personnes souffrant de dépression modérée à sévère reçoivent un traitement — et que ce serait une bonne chose.

Cependant, le point négatif, c’est que beaucoup de personnes reçoivent des antidépresseurs alors qu’ils ne devraient pas en obtenir. Les médecins et les fournisseurs de soins de santé doivent être en mesure de reconnaître correctement la dépression afin que ceux qui ont réellement besoin d’antidépresseurs en reçoivent et que les cas bénins ne devraient pas se voir attribuer une prescription. Or, la plupart des experts s’entendent pour dire que les antidépresseurs sont sur-prescrits pour certaines personnes, mais sous-utilisés pour d’autres.

Les antidépresseurs sont largement sur-prescrits pour se débarrasser du chagrin et de la peine. Ces médicaments n’ont pas été conçus pour cet usage. Le chagrin et la peine font partie de la condition humaine. Mais la vraie dépression clinique, elle, répond aux antidépresseurs. Et ne pas prescrire dans ces cas relève à condamner inutilement l’individu à vivre la maladie beaucoup plus longtemps. Certains cliniciens croient que l’augmentation des prescriptions d’antidépresseur est le résultat d’une meilleure reconnaissance de la dépression, et ce, dans de nombreux pays. Or, il est toutefois beaucoup plus probable que cela relève d’un résultat de la commercialisation efficace de l’industrie pharmaceutique.

La flambée de l’utilisation des antidépresseurs relève de la pression croissante à la médicalisation du malheur (du chagrin et de la peine), qui se justifierait par le manque de ressources et de temps ainsi qu’à la faible disponibilité d’autres traitements thérapeutique entrainant ainsi les médecins à faire un sur-usage de prescriptions. Nous médicalisons les situations les plus courantes : conflit, séparation, vicissitudes de l’existence. Ils seraient prescrits trop facilement. Si vous prenez un antidépresseur et que cela ne fonctionne pas, vous ne pensez pas que c’est parce que vous pourriez ne pas être déprimé, mais que vous devez prendre un plus fort.

Dans une étude de la WHO en 2011 (Bromet, 2011), à l’échelle plantaire, les femmes étaient beaucoup plus susceptibles d’avoir des périodes de dépression que les hommes. De plus, aux États-Unis et en Europe occidentale, le taux de dépression est plus élevé chez les personnes plus jeunes.

— –

La croissance des dépenses pharmaceutiques s’est ralentie dans de nombreux pays de l’OCDE ces dernières années. Pourtant, le Canada se hisse au troisième rang des pays où l’on consomme le plus d’antidépresseurs, selon les plus récentes statistiques de l’OCDE. Depuis le début du millénaire, parmi les 21 pays recensés par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), seules l’Islande et l’Australie devancent le Canada au chapitre de la consommation de médicaments contre la dépression. On note également que la consommation d’antidépresseurs augmente tandis que le nombre de personnes atteintes de dépression reste stable.

L’augmentation de l’utilisation des antidépresseurs peut aussi être partiellement expliquée par le sentiment d’insécurité provoqué de la crise économique (Gili et al., 2012). La crise financière est considérée comme un facteur évident d’augmentation de la consommation d’antidépresseurs. Pourtant, par exemple en France – qui pointe au 13e rang mondial, loin derrière l’Islande, l’Australie et le Canada -, la crise économique persistante n’a toutefois pas d’impact sur l’accroissement de la consommation d’antidépresseurs.

Or, la consommation moyenne d’antidépresseurs dans les 23 pays membres de l’OCDE est ainsi de 56 cachets par… jour pour 1 000 habitants. Avec 86 “pilules du bonheur” –  l’Islande (106) et l’Australie (89) -, le Canada se hisse donc au troisième rang des consommateurs d’antidépresseurs. Mais l’un des bonds les plus importants a été enregistré en… Allemagne (+ 46 % entre 2007 et 2011), un pays pourtant montré en exemple pour sa bonne santé économique.

Toujours selon le rapport,  l’explosion du nombre de travailleurs pauvres, la proportion toujours plus importante de salariés cumulant plusieurs emplois pour boucler leurs fins de mois et la pression accrue sur les lieux de travail expliquent en partie cette “anormalie”. L’OCDE explique aussi la hausse de la consommation de psychotropes relève entre autre de l’accroissement de l’intensité et de la durée des traitements parmi les facteurs qui peuvent expliquer la hausse générale de la consommation d’antidépresseurs (or pourtant, une étude de l’ISQ constate que les québécois se conforme peu à leur traitement médicamenteux). En Angleterre, par exemple, la hausse de la consommation est liée à un allongement du traitement médicamenteux (Moore et al., 2009). La hausse de consommation peut aussi s’expliquer par l’extension des indications de certains antidépresseurs à des formes plus légères de dépression, à l’anxiété généralisée ou à la phobie sociale (Hollingworth et al., 2010 ; Mercier et al., 2011) ; Ces extensions ont fait l’objet de réserves quant à leur pertinence. On cite également à titre de cause possible, une plus grande prise de conscience du phénomène de la dépression, une évolution de l’acceptabilité sociale et la volonté d’obtenir un traitement lors des épisodes de dépression, jouent un rôle dans la hausse de la consommation.

Semble-t-il, les médecins n’hésitent plus en outre à prescrire des médicaments pour des patients souffrant de symptômes légers. Ces derniers, en nombre croissant, se rendent également chez les généralistes pour demander de l’aide quand leur moral retombe un peu, ce qui n’était pas forcément vrai il y a quelques années de cela [et serait également lié par l’extension des indications des médicaments].

____________________

SOURCES

Boseley, S., Editor, H., Chalabi, M., & Rice-Oxley, M. (2013, November 20). “Antidepressant use on the rise in rich countries, OECD finds“, the Guardian. Retrieved November 25, 2013, from http://www.theguardian.com/society/2013/nov/20/antidepressant-use-rise-world-oecd

Rice-Oxley, M., & Fishwick, C. (2013, November 21). “Medicalisation of misery to blame for soaring use of antidepressants, say GPs“, the Guardian. Retrieved November 25, 2013, from http://www.theguardian.com/society/2013/nov/21/prescribing-culture-blame-rise-antidepressants

LePoint.fr (2013). “Les Français ne sont pas si accros que cela aux antidépresseurs“, 22 novembre 2013, http://bit.ly/LPqbHo

OCDE (2013), “Panorama de la santé 2013 : Les indicateurs de l’OCDE“, Éditions OCDE, http://dx.doi.org/10.1787/health_glance-2013-fr

Bromet, Evelyn, et al. “Cross-national epidemiology of DSM-IV major depressive episode.” BMC medicine 9.1 (2011): 90.