Une étude révèle que les valeurs néolibérales peuvent favoriser la tricherie dans l’enseignement supérieur

Est-ce qu’un accent culturel sur l’acquisition de la richesse et sur la réalisation de la réussite et du succès mène à la promotion de comportements contraire à l’éthique au sein de l’enseignement supérieur?

Selon une recherche publiée le 20 septembre dernier dans Psychological Science, il existerait une relation entre les valeurs associées à néolibéralisme, le libre marché capitalisme et la tricherie.

Les chercheurs suisses Caroline Pulfrey et Fabrizio Butera ont trouvé que l’adhésion aux valeurs individualistes d’amélioration personnelle (individualistic self-enhancement) qui sous-tendent l’idéologie du capitalisme néolibéral prédit l’apologie de la tricherie ainsi que le comportement de fraude courant dans un contexte académique.

Les six études présentées dans cet article concourent à montrer que les valeurs néolibérales du pouvoir et de la réussite sont liées à l’apologie de la tricherie et la tricherie courante des élèves explique Butera, professeur de psychologie sociale à l’Université de Lausanne. Selon lui, la principale contribution de cette recherche est qu’elle s’oppose à la croyance largement répandue que la tricherie est une forme de déviance individuelle qui doit être traitée en augmentant le contrôle social et la répression individuelle.

Dans trois études préliminaires, Pulfrey et Butera ont trouvé que plus les étudiants souhaitaient la réussite personnelle et plus ils voulaient surpasser les autres étudiants, plus ils toléraient la tricherie. Cette première série de recherches préliminaires comporte plus de 1500 participants.

Selon les chercheurs, les données montrent que la tricherie est également liée à l’environnement culturel dans lequel les élèves sont intégrés : dans nos pays occidentaux capitalistes l’adhésion à des valeurs qui favorisent la réussite personnelle/individuelle et qui s’évertuer à l’obtention de récompenses matérielles crée une motivation à étudier simplement pour uniquement obtenir une approbation sociale, créant ainsi à son tour l’usage d’objectifs visant essentiellement à devenir plus performants que les autres, ce qui justifie alors l’acceptation de la tricherie.

Or, les valeurs culturelles sont omniprésentes et leur influence sur les comportements de tricherie peut être massive. Alternativement, cette influence culturelle peut être contrée par la transmission des valeurs différentes, fondées sur la coopération et le respect mutuel.

Les chercheurs ont également constaté que l’exposition à des valeurs de dépassement de soi (self-transcendence) réduit l’acceptation de la tricherie comme un moyen de réussir. Ceux qui ont lu un extrait d’une conférence donnée par un soi-disant lauréat du prix Nobel qui a souligné des éléments comme aider les autres, l’honnêteté, et la justice sociale étaient moins susceptibles d’accepter la tricherie que ceux qui ont lu une conférence presque identique qui souligne la réussite, l’ambition , et la richesse.

Un nombre significatif de fraudes financières, politiques et académiques émaille les manchettes va de pair avec des taux élevés de tricherie dans les écoles. Une meilleure compréhension des objectifs de vie qui induisent la tricherie et des influences contextuelles qui améliorent ou suppriment cette tendance est indéniablement utile à un moment où les scandales dans les milieux universitaires, les entreprises et la politique sont devenus des événements réguliers.

Ainsi, certains médicaments développés pour traiter les troubles cognitifs, comme le Ritalin, sont très populaires chez les étudiants en bonne santé qui cherchent à améliorer leur concentration et leurs productivités. Certains observateurs concernés ont appelé ces pratiques « une forme de tricherie » qui s’apparente aux athlètes qui font l’usage de stéroïdes, dont certains proposant de tester l’urine des étudiants pour dissuader le « dopage scolaire ». La facilité avec laquelle les critiques font l’analogie entre « l’entreprise universitaire » et le sport de compétition, et l’envie de fondre sur les étudiants qui font usage de drogues pour l’étude (study drugs), reflètent les mêmes influences et tendances sociales qui stimulent la demande pour ces types d’interventions — notre culture hyper-concurrentiel, la marchandisation de l’éducation, et notre attirance pour des solutions technologiques rapides. Plutôt que de se concentrer sur les technologies qui sont affectées à des usages troublants, nous serions mieux servis de réformer la culture qui rendent ces pratiques attrayantes.

Or, la malhonnêteté, la tricherie, est-elle à la mode? Les manchettes reflètent-elles la face visible d’une tendance générale plus lourde. Il en serait dans le contexte académique, où les étudiants américains admettent en grande majorité avoir déjà copié sur leur voisin (McCabe et coll., cité par Pulfrey et Butera). La pratique du plagiat serait donc assez répandue. La fraude scientifique serait également en pleine expansion (http://nyti.ms/1kjKBqW).

Une étude confirme de précédents résultats liant les vues social conservateur à trois traits de personnalités antisociales : le machiavélisme (tromperie, duperie), le narcissisme (imbus de soi même, un sens grandiose de sa propre valeur) et la psychopathie (absence de culpabilité et de remords). Ils ont été surnommés la triade noire de la personnalité. Les deux études de Arvan suggèrent ainsi que les vues socialement conservatrices sont entre 5 à 30 fois plus susceptibles d’être liées à des traits antisociaux que vues socialement libérales.

____________________

SOURCES

Dolan, E. W. (2013). “Study finds neoliberal values can promote cheating in higher education”, PsyPOST, 31 octobre 2013, http://bit.ly/19J9dow.

RÉFÉRENCES

Pulfrey, C., & Butera, F. (2013). Why Neoliberal Values of Self-Enhancement Lead to Cheating in Higher Education A Motivational Account. Psychological science, 24(11), 2153-2162.

Arvan, M. (2011). Bad news for conservatives? Moral judgments and the Dark Triad personality traits: A correlational study. Neuroethics, 1-12.

Arvan, M. (2013). A lot more bad news for conservatives, and a little bit of bad news for liberals? Moral judgments and the Dark Triad personality traits: A follow-up study. Neuroethics, 1-14.

Advertisements

One thought on “Une étude révèle que les valeurs néolibérales peuvent favoriser la tricherie dans l’enseignement supérieur

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s